Pourquoi installer un liner sur des constructions en béton?

Le béton est un matériau de construction robuste qui a amplement fait ses preuves. N’empêche que, au fil du temps, le béton est susceptible de subir une dégradation directe de nature chimique, physique (sous l’effet du gel, par exemple) et mécanique, voire indirecte, par la corrosion de l’armement (carbonatation).

Dégradation chimique directe du béton

Le béton est un matériau alcalin (pH supérieur à 12,5) susceptible d’être dégradé par des acides entrant en réaction avec les composés de calcium du béton. Par exemple:
  • les eaux souterraines  qui contiennent naturellement des acides produits par l’oxydation des minéraux, dont la pyrite
  • les dépôts de déchets chimiques industriels
  • les eaux usées contiennent des composés sulfuriques et des bactéries dégradant le sulfate, qui transforment ces composés en sulfure d’hydrogène. Ce gaz peut être oxydé par d’autres bactéries et transformé en acide sulfurique dégradant le béton. La profondeur de la dégradation peut atteindre de 6 à 12 mm par an (source: CSTC) 
  • Pluie acide
  • Produits agricoles

Dégradation indirecte: dégradation chimique de l’armement

Le béton est un mélange de ciment, de sable, de gravier et d’eau. La résistance à la traction du béton est environ dix fois moins que sa résistance à la compression. Pour renforcer sa résistance à la traction, le béton est souvent armé de barres en métal, éventuellement précontraintes. Autour de l’armement, il se forme une couche de protection (couche de passivation) protégeant l’acier contre la rouille. Cette couche de passivation est stable dans un environnement sans chlorure et basique. Au contact de chlorures (sels d’épandage, eau de mer, eau contenant des chlorures ou chlorures présentes de façon inhérente) ou dans un environnement plus acide (à cause du CO2, par exemple), cette couche protectrice sera dégradée et l’armement le sera aussi (réaction entre le fer, l’oxygène et l’eau, le béton étant un matériau microporeux et perméable). 

Ce phénomène est appelé corrosion de l’armement, voire carbonatation. Selon l’importance du problème, on observera des traces de rouille sur la surface du béton, voire la désolidarisation de la couverture de béton. Parce que le volume de la rouille est de 6 à 8 fois supérieur à celui de l’acier, la couche gonflera. La pression croissante est susceptible de causer des fissures, voire de détacher la couverture de béton, ce qui dégradera les propriétés positives du matériau.

Causes de l’endommagement 
Érosion chimique: une ou plusieurs composantes du béton sont dissoutes par le mélange chimique. Les composantes dissoutes sont lixiviées.
Gonflement: La réaction des produits chimiques cause un gonflement. Des fissures apparaîtront sous l’effet des tensions internes.
Abrasion: Dans certaines applications, des particules peuvent donner lieu à une friction mécanique, qui détachera des morceaux de béton, évacués ensuite. Après quelque temps, l’usure mécanique dégradera la qualité structurelle.

 

En munissant les constructions en béton de liners en plastique, vous pourrez réduire ou éviter la dégradation chimique et l’usure mécanique. La durée de vie de la construction s’en trouvera radicalement accrue. 

Découvrez ici notre assortiment de liners chimiques et à l’épreuve de l’usure.

Back to top